L’énurésie nocturne est la perte involontaire d’urine durant le sommeil chez un enfant de plus de cinq ans, sans malformation neurologique et à une fréquence de plus de 2 fois/semaine. L’énurésie nocturne touche entre 15 et 20 % des jeunes après cinq ans. Le pipi au lit est donc très fréquent chez les jeunes et un cas sur six (15 %) fera l’objet d’une résolution spontanée à l’intérieur d’une année. Cette problématique peut également, chez certains enfants, être accompagnée de fuites urinaires durant la journée.

Bien qu’incommodant, le pipi au lit se résout bien souvent naturellement, avec le temps. Il existe plusieurs causes pouvant expliquer l’énurésie nocturne. Entre autres :

  • Une maturation plus lente du système urinaire
  • Un fonctionnement anormal de la vessie
  • Une anomalie urologique ou génétique
  • Un stress environnemental
  • Un trouble de constipation causant une pression sur la vessie
  • Un patron de sommeil anormal ou une phase de sommeil trop profonde
  • Un déséquilibre hormonal amenant une trop grande production d’urine la nuit
  • Etc.

Peu importe la cause, il est important de prendre la problématique en charge pour le bien-être de l’enfant.

Le développement normal du contrôle de la vessie chez l’enfant

Il est important que l’apprentissage et l’entraînement à l’égard de la propreté ne soit pas entrepris trop tôt chez les enfants. En effet, les systèmes urinaire et neurologique peuvent prendre quelques années avant d’atteindre leur fonctionnement complet. Un entraînement débuté trop tôt peut amener beaucoup d’angoisses face aux échecs.

Les mécanismes de contrôle et l’innervation de la vessie ne sont pas complètement développés lors de la naissance et peuvent prendre entre un an et demi et trois ans avant d’atteindre une maturation complète. De plus, la capacité de la vessie à emmagasiner un volume d’urine de plus en plus grand augmente graduellement durant cette même période. Ainsi, c’est généralement vers l’âge de trois ou quatre ans que l’enfant pourra consciemment calmer son envie d’uriner et initier volontairement la miction (le fait d’uriner).

La Société canadienne de pédiatrie (http://www.cps.ca) a énoncé quelques critères pouvant guider les parents quant au moment adéquat pour débuter l’entrainement à la propreté (voir le tableau 1.1 tiré de ce site) :


Tableau 1.1 : L’enfant est généralement prêt pour l’apprentissage de la propreté quand :

  • Il est capable de marcher jusqu’au petit pot ou au siège de toilette adapté
  • Il est stable une fois assis sur le petit pot ou sur le siège de toilette adapté
  • Il est capable de rester au sec plusieurs heures
  • Il présente une capacité de langage lui permettant de suivre des directives simples
  • Il présente une capacité de langage lui permettant de communiquer le besoin d’utiliser le petit pot avec des mots ou des gestes reproductibles
  • Il fait preuve d’un désir de plaire fondé sur une relation positive avec l’éducateur
  • Il manifeste un désir d’indépendance et de contrôle de sa vessie et de ses intestins

L’apprentissage de la propreté par rapport au contrôle des selles va habituellement se produire entre l’âge de deux à quatre ans, mais peut prendre de trois à six mois avant d’être complètement atteint (avec quelques différences culturelles). Le soutien des parents et la rétroaction positive lors de l’entraînement sont importants, car cette étape peut amener chez l’enfant un sentiment d’angoisse par rapport aux échecs, des sentiments d’incapacité ainsi que des douleurs. S’il est débuté trop tôt, l’entraînement peut augmenter le risque d’« accidents » plus tard.

En effet, bien qu’un jeune enfant de moins de trois ans puisse apprendre à utiliser la toilette, sa capacité à écouter ses envies et à bien y répondre peut être plus difficile à intégrer. Le bambin peut ainsi prendre l’habitude de retenir l’urine et les selles, ce qui engendre des troubles à long terme.

Vous pouvez consulter votre médecin ou votre physiothérapeute expert en rééducation périnéale pour vous guider, vous et votre enfant, dans la gestion de l’énurésie nocturne. Votre physiothérapeute pourra vous conseiller sur l’hydratation, l’alimentation et les habitudes à prendre pour faciliter le contrôle urinaire et éviter les troubles de constipation.

Les traitements de l’énurésie nocturne et des fuites urinaires

Auprès des enfants, l’éducation quant à la façon d’aller aux toilettes est primordiale afin d’assurer que la vessie soit complètement vidée à chaque miction. Par contre, dans plusieurs cas, certains changements dans les habitudes de vie peuvent être nécessaires afin d’aider l’enfant à atteindre la continence. Si votre enfant a plus de cinq ou six ans, votre physiothérapeute en rééducation périnéale pourra vous orienter vers différentes approches, entre autres :

  • Les alarmes et vibrations détectant l’humidité
  • La rééducation vésicale avec mictions à des heures fixes et planifiées
  • Les techniques de surpression des urgences
  • Le contrôle de la constipation par l’hydratation, l’alimentation et certains laxatifs de courte durée prescrits pour enfant
  • Les exercices de renforcement et des conseils pour aider au bon relâchement du plancher pelvien

 


Écrit par Karine Dupuis, physiothérapeute chez Physiothérapie SN+, expert en rééducation périnéale.