La puberté est une étape majeure du développement physique de l’enfant. Au cours de cette période, les os s’allongent et se solidifient, les muscles augmentent de volume et de force, et une poussée de croissance s’en suit souvent. Tous ces changements amènent des débalancements musculosquelettiques normaux, comme une diminution de la densité osseuse et une hypermobilité articulaire. Le cartilage articulaire possède alors moins de résistance aux forces de traction, aux forces de cisaillement et aux forces de compression. Par conséquent, l’athlète, en phase de croissance, est plus vulnérable aux blessures de surutilisation.

Premièrement, qu’est-ce qu’une blessure de surutilisation?

Il s’agit d’une blessure occasionnée par une charge sous-maximale répétitive sur le corps, avec un repos insuffisant entre les charges pour que le corps puisse s’y adapter. Cette charge répétée mène à des microtraumatismes ou des microlésions causant un affaiblissement et des dommages aux structures du corps. Un débalancement entre les entraînements et les périodes de repos est un facteur important pouvant mener à une blessure de surutilisation, surtout chez les jeunes athlètes dont l’appareil musculosquelettique est encore immature.

Facteurs de risque

Ils sont regroupés en deux grandes catégories : les facteurs intrinsèques et les facteurs extrinsèques. Le tableau qui suit les résume bien :

Facteurs de risques intrinsèques Facteurs de risque extrinsèques
  • Facteurs reliés à la croissance
  • Susceptibilité du cartilage en croissance par rapport au stress répétitif
  • Poussée de croissance
  • Blessure antérieure
  • Niveau de conditionnement antérieur
  • Facteurs anatomiques
  • Dysfonction menstruelle
  • Facteurs psychologiques et développementaux reliés à l’athlète
  • Charge d’entraînement (taux, intensité, progression)
  • Calendrier d’entraînement et de compétitions (ex. : entraînement 5 fois/semaine plus compétition la fin de semaine)
  • Équipement
  • Environnement
  • Technique de sport
  • Facteurs psychologiques (influence des adultes et des pairs)

*Les facteurs en gras sont les plus importants prédicteurs de blessure de surutilisation

Les blessures de surutilisation les plus fréquentes chez le jeune athlète sont :

PhysioSN_Osgood-Schlatter

    • Osgood-Schlatter : Blessure au niveau du tubercule médial du genou, tout juste sous la rotule. Elle apparaît surtout tôt à l’adolescence.

 

 

 

 

PhysioSN_Maladie-de-Sever

  • Maladie de Sever : Blessure au niveau de l’apophyse calcanéenne du talon, à la base du tendon d’Achille. Elle aussi survient tôt à l’adolescence.

 

 

 

 

PhysioSN_Little-Leaguers-Elbow

  • « Little Leaguer’s Elbow » : Blessure à l’apophyse épicondylienne médiale, au niveau du coude. Surtout présente chez les joueurs de baseball, elle survient tôt à l’adolescence.

 

 

 

 

 

 

  • Blessures à la physe osseuse (plaque de croissance) : Ces blessures apparaissent souvent entre le début et le milieu de l’adolescence. Elles atteignent souvent l’humérus proximal chez les lanceurs et le radius distal chez les gymnastes.

 

Lorsque l’athlète présente une blessure de surutilisation, il se plaindra souvent de douleur, de limitation de mouvement, d’enflure, de rougeur ou de chaleur. Ses performances sportives seront aussi altérées et les limitations peuvent aller jusqu’à l’incapacité de faire certains mouvements ou certaines tâches du sport. La reconnaissance rapide de ces signes et symptômes est très importante pour éviter qu’une blessure sérieuse ou permanente ne survienne. Une consultation avec un professionnel de la santé comme le physiothérapeute est également recommandée afin d’évaluer et de traiter efficacement ce type de blessure.

Conseils pour prévenir les blessures de surutilisation :

  1. Prévoir un repos complet d’activités de 1 à 2 journées par semaine pour permettre au corps de récupérer et de s’adapter.
  2. Ne pas augmenter la charge d’entraînement de plus de 10 % chaque semaine.
  3. Encourager le jeune athlète à prendre chaque année 2 à 3 mois consécutifs de pause de son sport spécifique. L’athlète ne devrait pas s’entraîner 12 mois consécutifs, car son risque de blessure de surutilisation est alors grandement augmenté.
  4. Encourager la participation au sport et la bonne application des techniques et des mouvements enseignés.
  5. Encourager l’athlète à ne faire partie que d’une équipe sportive durant la saison.
  6. Connaître les signes et symptômes des blessures de surutilisation et les enseigner aux athlètes.

Enfin, l’équipe de Physiothérapie SN+ est là pour travailler en équipe avec vous, athlètes, entraîneurs, kinésiologues et parents, dans le but de prévenir ce type de blessure et de traiter celles déjà existantes. N’hésitez pas à consulter l’un de nos 7 physiothérapeutes en appelant au 819 477-771.


Écrit par Cédric Lafond, physiothérapeute.